Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST)

C’est par un vendredi après-midi de mars froid mais ensoleillé que nous nous sommes présentés à l’édifice de la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST) situé au 1199 rue Bleury au centre-ville de Montréal. Carole Bergeron, chef d’équipe, accompagnée d’Anne-Marie Picard et de Catherine Ferland, toutes trois bibliothécaires professionnelles, nous accueillirent chaleureusement pour nous présenter le Centre de documentation ainsi que la nature de leur travail.

Le Centre de documentation de la CSST se différencie de bien d’autres bibliothèques spécialisées du gouvernement par ses services destinés à une clientèle variée. En plus de répondre aux besoins en information du personnel interne de la CSST, le centre répond aux demandes en ligne et reçoit sur place des employeurs, des travailleurs, des syndicats, des avocats, des formateurs en SST, ainsi que des intervenants des milieux de l’éducation. Cela implique de pouvoir offrir des services diversifiés, rendus en ce moment par neuf bibliothécaires.

Un premier coup d’œil au Centre de documentation nous permet de constater qu’il possède une impressionnante collection de documents: monographies, documents juridiques, rapports d’enquête, brochures, vidéos, ainsi que plus de 8000 normes de sécurité publiées au Québec et au Canada, mais aussi provenant d’autres pays. De plus, le centre cumule autour de 180 abonnements électroniques. Fait à noter, les publications électroniques sont également dépouillées afin d’indexer des articles sélectionnés et les inclure au catalogue ISST.

L’utilisation du catalogue est privilégiée pour le repérage de documents puisque les documents ne sont pas classifiés systématiquement sur les rayons, mais plutôt selon leur ordre d’arrivée et de traitement au centre. Les documents sont indexés à l’aide d’un outil du Bureau international du travail (BIT), le Thésaurus CIS du Centre international d’informations de sécurité et de santé au travail. Celui-ci a été adapté en fonction des besoins de la couverture des collections du centre et de la correspondance à la réalité québécoise. Les activités de catalogage sont toujours faites sur place puisque les dérivations de notices y sont plutôt rares compte tenu de la spécificité des collections.

Les bibliothécaires nous ont fait part des différents défis que la pratique en milieu spécialisé implique. Concrètement pour le centre, beaucoup d’efforts doivent être déployés dans les activités promotionnelles : (1) formation des utilisateurs; (2) sensibilisation à l’utilisation des ressources du Centre de documentation par les instances décentralisées de la CSST dans les différentes régions du Québec ; (3) visibilité sur le site Web de la CSST. La gestion des acquisitions (particulièrement les licences d’utilisation), l’implantation de nouveaux outils informatisés et les procédés de veille informationnelle représentent aussi des défis constants permettant de répondre aux besoins évolutifs des clientèles d’une bibliothèque spécialisée.

Au Centre de documentation de la CSST, les bibliothécaires font toutes de la référence et doivent être prêtes à recevoir des questions de toutes sortes. Imaginez ; nos trois hôtes étaient toutes d’accord pour dire que la formation à la référence n’est complétée qu’après deux ans de service au centre. La diversité des questions leur permet d’acquérir une polyvalence et certainement beaucoup de satisfaction et d’enthousiasme. C’est donc dire que les efforts à fournir valent bien plusieurs chandelles.

par Simon Mayer

Ce contenu a été publié dans 2010. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *